les lieux

festival de musique,musique ancienne,musique et patrimoine,patrimoines en musique, belle musique et belles pierres,ardèche,ardeche,patrimoine ardéchois,patrimoine architectural, églises romanes,chateaux,églises classiques et néogothiques,répertoire musical,musique classique, festival en ardèche, musicien, musiciens, artistes, soliste, coeur, orchestre, formation musicale, répertoire musical


festival de musique

ORGANISATION :
Association
PATRIMOINES EN MUSIQUE
Moulin de Cornevis - 07000PRIVAS
festival@cornevis.com

CONTACT FESTIVAL :
Présidente : Marie-Christine Mauger
Tél. : 04.75.64.55.54

PARTENAIRES :
Conseil régional Rhône-Alpes
Conseil général de l'Ardèche
VALDAC
A.D.A.M.I.





LES VILLES D'ACCUEIL :
Privas


REMERCIEMENTS :
Médiathèque de Privas
Théâtre de Privas
Société de Sauvegarde des Monuments Anciens de l'Ardèche,
Lycée Vincent d'Indy
Comité départemental du Tourisme 07,
Offices de tourisme,
Paroisses d'accueil,
Associations locales
Membres bienfaiteurs
Services techniques des villes
Gites de France
Château de Grozon
Domaine Saladin en St Marcel d'Ardèche
Abbaye de Champagne
Ardelaine de Saint-Pierreville






N'hésitez pas à nous faire parvenir vos clichés (par E mail). Concerts, Artistes, Patrimoine... la meilleure photo sera publiée sur notre site à l'issue du festival.

page précédente    |   page suivante >
BOUCIEU-LE-ROI
XVe siècle 

Eglise Saint-Jean l'Evangéliste

"Boucieu-le-Roi est un ancien baillage royal fondé par Philippe le
Bel en 1291. C'est au 15ème siècle lorsque le village est à l'apogée de sa puissance que l'église Saint-Jean l'Evangéliste a été construite. Mais son aspect actuel est différent de son aspect originel. Elle connut des modifications au cours de l'histoire. Elle est le meilleur témoin du riche passé de Boucieu-le-Roi car dans ses pierres se sont inscrits les guerres de religions, la reconstruction du 17ème siècle (adjonction de chapelle seigneuriale) et le renouveau religieux du 18èmesiècle. Pierre Vigne, prêtre missionnaire ardéchois, est à l'origine de cette renaissance spirituelle. Fondateur de l'ordre du Saint-Sacrement et du Grand Voyage (chemin de croix de 39 stations-chapelles), il fût en son temps un homme très proche de la population et de ce fait très apprécié. Son corps repose dans une des chapelle de l'église, où il parait que des miracles auraient eu lieu. Pierre Vigne a été béatifié le3 octobre 2004."

Festival 2005.

 
LE CHEYLARD
 

Eglise Notre-Dame de l'Assomption

Reconstruite à l'emplacement d'une ancienne collégiale plusieurs fois rebâtie, l'église actuelle est le fruit d'une double campagne de travaux, en 1845 et en 1931. L'édifice se présente comme un
grand vaisseau avec nefs collatérales, dominé par le clocher construit en façade. A l'intérieur, 13 vitraux aux tonalités chatoyantes, notamment dans les bleus, sont consacrés à Notre Dame de l'Assomption. Entre ces tableaux de lumière, est présenté un beau chemin de croix en mosaïque. Une des pièces maîtresses du mobilier de l'église est sans aucun doute la chaire exécutée au XIXe siècle parle sculpteur Jean-Pierre Félix, qui résidait à Saint-Félicien : sa riche iconographie témoigne de la dévotion religieuse de l'époque. Une curiosité émouvante retiendra l'attention : des peintures réalisées par le peintre juif Elsass, réfugié au Cheylard pendant la seconde guerre mondiale.

festival 2003/2004/2005.

 
AUBENAS
XVIIIe s et XIXe s 

Eglise Saint-Laurent

L'église paroissiale d'Aubenas fut fondée, dit la tradition, par saint Dominique, de passage à Aubenas en 1218. Elle fut plusieurs fois remaniée au cours des âges, d'abord pendant la Guerre de Cent ans, puis au cours des guerres de Religion, enfin à la suite de la chute de la voûte de la nef, le 28 février 1755. L'intérieur de l'église a aujourd'hui sa physionomie architecturale du XVIIIe s. A la fin du XIXe s fut édifiée la nouvelle façade de style néo-roman, ornée de la statue de saint Joseph et de saint Laurent. En 1928-1929, il fallu consolider cette façade qui menaçait de s'effondrer ; on y plaça à l'entrée latérale droite, la porte de l'ancien hôtel de Montgros. Le clocher qui servit de citadelle durant les guerres de Religion, fut réparé au XVIIe s par la maréchale d'Ornano. Après la révolte de Roure en 1670, il fut diminué de 6 à 8 mètres et recouvert de tuiles vernies. La cloche de bronze, de 1653, a été classée en 1942. Les boiseries qui ornent le chœur et qui proviennent de la chapelles des jésuites, la table de communion en fer forgé et le maître-autel en marbre polychrome datent du XVIII s et expriment clairement toute l'exubérance du style baroque.

festival 2002/2003/2004/2005/2006.

 
SAINT-JULIEN-DU-SERRE
 

Des origines de l'église, dédiée à saint Julien, on ne sait quasiment rien. L'église dépendait au XIe siècle du prieuré séculier de Saint-Pierre d'Ucel mais fut acquise ou échangée dans le dernier quart de ce siècle par l'abbaye bénédictine de Saint-Chaffre dans le Vélay. Cette puissante abbaye possédait de nombreuses églises dans le Vivarais comme Notre-Dame de Thines ou Veyrines. A une première église édifiée au XIe siècle comme le laisse supposer le remploi dans le mur de l'abside d'une sculpture, succéda l'église actuelle, reconstruite au XIIe siècle. On sent dans son architecture comme dans son décor sculpté l'influence du Vélay. Les chapiteaux romans du chevet et du chœur sont souvent étranges dans leur iconographie et leur style et ne peuvent donner lieu à aucune analyse définitive. Au nord, le grand portail offre une ampleur inhabituelle. Le plan simple de l'église (une nef de deux travées et un chœur avec abside voûtée en cul-de-four) a été quelque peu affecté par la construction au XVIe siècle de trois chapelles au niveau de la nef et par l'adjonction au siècle suivant de puissants arcs-boutants contre l'abside.

festival

2003

 
page précédente    |   page suivante >
 
Mentions Légales ©2003 - Clerc & Net - sites internet Drôme Ardèche